Le vin bio est-il amené à souffrir de son succès ? C’est une possibilité soulevée par la lecture d’un rapport sur le marché proposé par Sudvinbio, une association qui regroupe des producteurs de vins bio occitans. D’après ce document, les besoins en vin bio vont doubler d’ici à 4 ans en France atteignant 207 millions de bouteilles par an contre 112 en 2017 et 52 en 2012.

« Quand on observe la courbe de croissance de la consommation de vin bio en France, on s’aperçoit qu’elle marque un palier entre 2017 et 2018. C’est essentiellement dû à la stagnation de la production qui, actuellement freine l’essor des ventes de vins bio. C’est même le seul frein à l’essor de la consommation » affirme le document. Les chiffres sont impressionnants pour ce produit méconnu il y a peu.

En termes de part de marché la croissance parait encore plus importante : « C’est une étude prospective de terrain qui nous amène à cette projection pour 2022. Le postulat des 207 M€ de bouteilles consommées en 2022 nous amène à considérer que les vins bio occuperont alors en France 7,68 % de parts du marché des vins en France (3,72 % en 2017) ».

L’entrain autour du vin bio est partagé par d’autres ays. Outre-Rhin, la croissance en nombre de bouteille sur la période 208/2022 devrait être de 116 millions contre 96 en France. Aux USA, la croissance sur la même période devrait être de +14.3% annuellement.

« Sur la région Occitanie, nous constatons un redémarrage des mises en conversion pendant cette année 2018. Au 22 octobre, on avait enregistré 300 dossiers. C’est 50 % de mieux que l’année précédente après plusieurs campagnes de stagnation. Mais il nous faudra encore accélérer les passages en conversion » défend Nicolas Richarme, producteur viticole bio.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here