Si vous parcourez 25.000 kilomètres par an, vos dépenses en carburant avoisinent dorénavant les 1500 euros. En 10 ans cette somme a augmenté de 300 euros. Les taxes pèsent maintenant pour 60% du prix des carburants. L’association de consommateurs CVLC parle d’acharnement contre les automobilistes. Le délégué général de l’association rajoute que le prix du baril étant lui-même en hausse le gouvernement n’avait « pas besoin d’en rajouter une couche en augmentant les taxes ».

 La ministre des transports Elisabeth Borne a annoncé ce lundi 17 septembre une hausse des taxes de 4 à 7 centimes par litre de gazole ou d’essence mise en place le 1er janvier 2019. La ministre défend cette nouvelle taxe en parlant de « trajectoire carbone ». L’Association nationale de défense des consommateurs et usagers est vent debout contre cette augmentation et a publié une étude détaillée sur les conséquences budgétaires pour les foyers en fonction du nombre de véhicules essence ou gazoles.

Selon Pierre Chasseray le délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, une taxation du carburant au niveau du 1er janvier 2019 sur le prix du baril de 2013 aboutirait à un litre à 2.20. Les consommateurs sont prévenus si le prix du baril repart à la hausse. La taxe sur les carburants (la TIPCE) est devenue la quatrième source de revenus pour l’état en 2018 pesant près de 13.3 milliards d’euros. Il n’est pas sûr qu’un gouvernement soit prés à s’y attaquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here