La consommation de cannabis reste haute dans l’Hexagone mais se maintient à un adulte sur dix qui en avoir fumé dans l’année. L’année dernière, en 2017, « le cannabis demeurait la première substance illicite diffusée dans la population » avec 44,8% des Français à en avoir utilisé, selon le Baromètre santé 2017 de Santé publique France, fait avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) sur  un groupe de plus de 20.000 personnes âgées de 18 à 64 ans.

Le nombre de consommateur dans l’année a encore légèrement augmenté par rapport à l’enquête de 2014 (10,6%) atteignant 11% du panel, « les niveaux de 2017 s’avèrent être les plus élevés depuis 25 ans », souligne les auteurs du rapport. Ce sont les 18-25 ans qui restent les plus touchés, avec plus d’un quart des sondés déclarant avoir consommé dans l’année, mais les chercheurs « observent avec le vieillissement des expérimentateurs, une consommation de plus en plus fréquente après 25 ans »

« Il y a eu à la fin des années 90 une large diffusion du cannabis, avec près d’un ado sur deux à l’avoir expérimenté. C’est cette première génération expérimentatrice que l’on retrouve aujourd’hui », parmi les consommateurs plus âgés et réguliers, détail à l’AFP Stanislas Spilka, l’un des auteurs de l’étude à l’OFDT. « Désormais, toutes les tranches d’âge sont concernées par des niveaux d’usage élevés », affirme-t-il.

A l’image de l’alcool et du tabac, la situation professionnelle influe sur le niveau de consommation du cannabis. L’étude relève deux fois plus de consommateurs réguliers chez les chômeurs (6,6%) que chez les actifs occupés (3%). Il faut par ailleurs prendre en compte « une progression de la consommation parmi les actifs occupés et une stabilisation de celle des chômeurs », entre 2014 et 2017.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here