On connaissait le covoiturage. Une autre option, à échelle réduite, semble faire son apparition. Pour Bernard Gérard, Maire de la petite ville de Marcq-en-Baroeul, le court-voiturage est une alternative qui ne demande qu’à monter en puissance.

Un système novateur

Près de Lille, le court-voiturage tente de séduire de nouveaux adeptes. Le principe : des stations d’auto-stop balisées pour inciter les habitants à partager leurs trajets.
Nous avons crée 25 stations dans la ville. Nous espérons que cela va monter progressivement en puissance”, explique Bernard Gérard, Maire de Marcq-en-Baroeul. “Il y a peu près trois semaines que nous avons lancé cette opération de nouvelle mobilité”, ajoute-t-il.

Aller faire ses courses, se rendre au travail ou au sport : “la ville de Marcq-en-Baroeul lance un système pionner en France de “court-voiturage”, avec stations d’auto-stop balisées dans toute la commune, pour inciter les habitants à partager leurs trajets”, explique l’Agence France Presse (AFP).

Une opportunité inédite

A en croire les propos de certains habitants, l’idée est plutôt bien reçue. « Je trouve ça sympa de se dire qu’on peut s’entraider. Pour nous-mêmes, se rencontrer et aussi pour la planète », témoigne Audrey Drubay, habitante de Marcq-en-Baroeul.

Je ne vous cache pas qu’au bout d’un petit moment, vous vous demandez si quelqu’un va s’arrêter. J’ai finalement été prise par une dame d’un certain âge, on a parlé de l’Afrique, de la famille, c’est assez exceptionnel de parler de tant de choses avec une inconnue en cinq minutes”, a-t-elle ajouté.

Le covoiturage et autres systèmes de trajets à plusieurs permettent de penser autrement l’environnement. Pourquoi démultiplier le nombre de véhicules alors que certains usagers vont possiblement dans la même direction ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.