Le ton a été donné la semaine dernière, avec deux premiers jours de grève interminables pour des millions de voyageurs, empruntant quotidiennement les rails de la SNCF. Après quelques jours de trêve, les perturbations sont reparties de plus belle.

La première semaine de grève a laissé place à de vives tensions, entre voyageurs et grévistes. En effet, les transports de la société ferroviaire SNCF sont utilisés par des millions de voyageurs quotidiennement.

Les mobilisations avaient paralysé le réseau, laissant la population française dans la panade. Des scènes de heurs et surréalistes ont été constatés. Des voyageurs, excédés par la très faible circulation de trains, n’ont pas hésité à franchir les limites en traversant les quais, et parfois même en s’introduisant par les fenêtres des RER, circulants en banlieues parisiennes.

Bien que la grève ait repris de plus belle à la fin de la semaine dernière, le mouvement a mobilisé un peu moins de grévistes qu’au premier opus. Les trains en circulation étaient plus nombreux que prévu.

Malheureusement, cette légère amélioration du trafic n’aura pas duré bien longtemps, et les voyageurs empruntant le réseau ferroviaire au quotidien ont de nouveau dû faire face aux galères. Pour certains, interviewés sur des chaines nationales telles que M6 ou TF1, se rendre sur le lieu de travail est une véritable épopée depuis le début de la mobilisation. « Ils mettent un petit peu tout dans monde dans le pétrin », s’exclame une utilisatrice quelque peu excédée par le trafic.

Les trajets quotidiens se sont vus allongés d’une heure ou plus pour certains. Quant aux plus embêtés par la situation, ils ont opté pour la solution du télétravail, leur permettant ainsi de rester effectifs pendant la grève.

Les galères ne sont donc pas terminées, puisque le mouvement des cheminots se poursuivra jusqu’au 28 juin prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here