Aliou Diallo, le chef de file du parti ADP-Maliba et troisième homme de l’élection présidentielle malienne, a fait un pas ce week-end en direction d’une éventuelle coalition d’union nationale, appelée de ses vœux par le président Ibrahim Boubacar Keïta, destinée à apaiser les tensions post-électorales dans un contexte sécuritaire toujours aussi critique.

Les querelles politiques et électorales (par ailleurs légitimes tant la régularité du scrutin présidentiel a été contesté par de nombreux observateurs) ont-elles leur place dans un pays où des groupes armés djihadistes font la loi dans de nombreuses régions ? Faut-il mettre de côté rivalités et aigreurs pour le bien du Mali ?

C’est la proposition qu’a faite le président réélu IBK aux chefs de l’opposition dans un contexte socio-politique en ébullition. La démarche présidentielle n’est pas dépourvue d’arrière-pensées politiques, mais la question de voir les forces politiques maliennes faire front commun dans leur lutte contre le terrorisme serait néanmoins un puissant message adressé aux groupes armés.

C’est l’interprétation qu’a fait Aliou Diallo de la situation, estimant que le moment de l’apaisement et de la responsabilité est venu, et « qu’il est temps, malgré toute l’amertume que peuvent avoir certains de nos compatriotes, de mettre cette élection derrière nous et d’envisager avec réalisme, détermination et sérieux notre avenir commun ».

Affirmant qu’en « ces temps de grande incertitude, la réponse aux enjeux existentiels (auxquels est confronté le Mali) est forcément collective », Aliou Diallo a affirmé que « toute l’élite politique sur laquelle les yeux des maliens sont rivés doit montrer l’exemple et mettre de côté les différences pour s’entendre sur l’essentiel: refonder le Mali ».

Selon l’homme d’affaires, qui s’est récemment lancé en politique au regard de la gravité de la situation de son pays, la priorité absolue est de « renforcer la digue ». Même si cela impose de travailler avec des responsables politiques combattus lors de la dernière élection présidentielle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here