Rien ne va plus entre la ville d’Anne Hidalgo et Airbnb, plateforme de location entre particuliers. En effet, en fin de semaine dernière, la mairie de Paris a décidé de s’attaquer au géant de la location, en l’assignant devant la justice. 

Y’aurait-il de l’eau dans le gaz entre Paris et Airbnb ? Vraisemblablement, cela à l’air d’être le cas. La ville de Paris sévit contre les sites de location de meublés touristiques, et a décidé d’assigner non pas une société, mais deux. Airbnb et Wimdu sont accusés de ne pas respecter la loi.

En effet, depuis la loi du 7 octobre 2016, chaque annonce de location doit présenter un numéro d’enregistrement, afin de vérifier que les propriétaires ne dépassent pas la limite légale de location, fixée à 120 jours par an dans la ville de Paris.

« La réglementation de la location meublée touristique à Paris est complexe, confuse, et davantage adaptée à des professionnels qu’à des particuliers ». La plateforme affirme vouloir travailler avec la municipalité sur des règles simples, claires et adaptées.

Seulement voilà. Airbnb et Wimdu semblent s’affranchir de cette réglementation : des milliers d’annonces ne seraient en réalité pas référencées, comme les y oblige la loi. Afin de montrer sa colère et de s’affranchir de ces irrégularités, la maire de Paris, Anne Hidalgo attendra de pied ferme les deux groupes, le 12 juin prochain.

Avant cet opus judiciaire à venir, la ville de Paris avait adressé de nombreuses relances, sans retour. « En réalité, Airbnb assume ne pas respecter la loi. Il est invraisemblable que cette entreprise puisse s’affranchir de toutes les règles », estime Ian Brossat, conseiller de Paris et adjoint à la maire de Paris chargé du logement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here